Hygiène intime, les bons gestes

La toilette intime n’est pas à prendre à la légère. La flore vaginale dispose en effet d’un système de défense extrêmement élaboré qu’il ne faut surtout pas perturber par des méthodes trop invasives ou agressives. Son équilibre repose ainsi sur une acidité spécifique et sur la présence de bactéries protectrices qu’il faut absolument maintenir en l’état, au risque de ressentir des démangeaisons ou encore des brûlures et de voir apparaître une infection ou une mycose. Prudence et bons gestes s’imposent donc en matière de toilette intime. Voici quelques recommandations…

Lorsque vous vous lavez…

  • Faites le sans excès. Une à deux fois par jour suffit amplement.
  • Ne vous lavez pas « en profondeur ». Autrement dit, seules les parties externes de la vulve doivent être lavées. L’intérieur dispose d’une certaine manière de son propre mécanisme « nettoyant » que vous perturberiez.
  • Bannissez les gants de toilettes. Véritables nids à microbes, ils portent très mal leur nom et peuvent être irritants sur cette zone particulièrement fragile.
  • Pas de savons décapants non plus.
  • Préférez un savon dédié à la toilette intime, mais attention, si certains savons anti-bactériens peuvent vous être recommandés lors d’épisodes infectieux, ils ne sont en général pas conçus pour être utilisés au quotidien et peuvent déstabiliser l’équilibre de votre flore. Assurez-vous donc que le savon choisi est élaboré pour une toilette au jour le jour.

iStock_000038236640_Large

  • Préférez toujours une douche aux bains, surtout en cas de mycoses. Le fait de rester dans une eau forcément contaminée par les bactéries présentes sur votre corps peut favoriser les infections.
  • D’une manière générale, uriner dans le bain ou la mer n’est pas recommandé. Une toute petite partie de l’urine peut être réabsorbée par un phénomène d’aspiration et favoriser la remontée de certains microbes.

Au jour le jour…

  • Changez votre protection hygiénique régulièrement, toutes les 5h à minima pour les protections classiques, et jusqu’à 8h pour la be’Cup.
  • Privilégiez les sous-vêtements en coton, changez-en tous les jours.
  • Essuyez-vous aux toilettes de l’avant vers l’arrière, pour ne pas ramener de la matière fécale vers le vagin. C’est souvent ainsi que sont provoquées les cystites et autres mycoses…
  • Lavez-vous les mains non seulement après être allée aux toilettes mais aussi – et on le fait moins naturellement – avant.
  • Pour éviter les infections urinaires et conserver l’équilibre de votre flore vaginale, ne vous retenez surtout pas d’uriner après un rapport sexuel. Et, dans la mesure du possible, lavez-vous les mains et les parties intimes.
  • Avant de commencer vos ébats, demandez à votre partenaire de se laver les mains lui aussi.
  • De même, n’utilisez pas n’importe quoi en guise de lubrifiant. Il en existe de nombreux conçus expressément pour la pénétration. Une huile basique n’a pas vocation à cela et peut déclencher des irritations.