Comprendre le cycle menstruel

De la puberté à la ménopause, le corps de la femme est réglé par un cycle mensuel. Tous les 28 jours environ, les femmes perdent du sang. Ce sont les règles, appelées aussi menstruations. Dès l’arrivée des premières règles, une jeune fille peut être enceinte. Que signifient les règles, d’où viennent-elles ? Comment expliquer ce cycle ? Quand commence-t-il ? Combien de temps dure-t-il ? Peut-il varier au cours de la vie ?

J1 à J14 : l’ovule se prépare.

Le cycle menstruel commence le 1er jour des règles. Cette première phase est marquée par l’apparition des saignements qui durent en moyenne 3 à 5 jours (mais peuvent ne durer que 2 jours ou s’étendre jusqu’à 6 jours). Lorsque la fécondation n’a pas lieu, le taux d’hormones sexuelles (progestérone) chute brutalement. La couche superficielle de la muqueuse utérine, remplie de sang, est alors éliminée par le vagin.

Sous l’effet de la production d’oestrogènes dans les jours qui suivent les règles, la muqueuse utérine commence à se reconstituer. Ces hormones sont produites par les follicules ovariens, sortes de petites cavités à la surface des ovaires, où se nichent les ovules.

Parallèlement, le processus visant à accueillir l’oeuf fécondé dans l’utérus se remet en route. A la fin de cette phase, un seul ovule est expulsé par les follicules devenus matures.

J14 : L’ovulation

Au quatorzième jour du cycle, survient l’ovulation, 38h après une sécrétion en pic d’une hormone dite lutéinisante (LH). L’ovulation dure environ 24h et correspond, comme son nom l’indique, à l’expulsion d’un ovule par l’un des ovaires, gauche ou droit. Cet ovule, fécondé par un spermatozoïde, descend dans la trompe de Fallope, pour s’installer dans l’utérus. Petite précision, si l’ovule ne survit que 24h, les spermatozoïdes, eux, ont une durée de vie de quatre jours. Par conséquent, une femme dispose d’environ quatre jours dans le mois pour tomber enceinte.

iStock_000019381219_XXXLarge

J15 à J28 : la nidation se prépare. C’est la phase lutéale, post-ovulatoire ou progestative

Une fois l’ovulation terminée, le corps produit une nouvelle hormone, la progestérone. C’est elle qui déclenche l’épaississement de la muqueuse utérine et la ramification des vaisseaux sanguins, afin de préparer l’accueil de l’ovule fécondé. S’il n’y a pas de fécondation, le corps jaune, qui produit cette hormone, s’atrophie peu à peu, au bout de 14 jours. Le taux de progestérone chute alors d’un coup, ce qui entraine l’évacuation du sang qui s’était accumulé sur la muqueuse utérine. Surviennent alors à nouveau les règles.

S’il y a un ovule fécondé, la production d’œstrogènes et de progestérone se poursuit, la paroi utérine s’épaissit encore. L’œuf peut alors s’implanter, il n’y a pas de règles, c’est le début de la grossesse, qui se produit six jours après l’ovulation.

A savoir : Tous les cycles ne durent pas exactement 28 jours. Pour connaître la durée du vôtre, comptez à partir du premier jour de vos règles, jusqu’au premier jour des suivantes. Un bon indicateur de l’ovulation, la température. Celle-ci évolue tout au long du cycle. Durant la phase folliculaire, elle est en dessous de 37°C et varie peu. Juste avant l’ovulation, elle chute et se situe au point le plus bas du cycle. Puis, elle remonte, souvent au-dessus de 37°C et se maintient à ce niveau pendant la durée de la dernière phase du cycle menstruel. Quand il n’y a pas de fécondation, la température retombe à son niveau normal, juste avant la venue des règles. En cas de grossesse, le plateau thermique se poursuit.