Art photo of charming young lady with roses

La transpiration et les odeurs intimes

La transpiration excessive peut se nicher dans toutes les parties du corps et notamment entre les cuisses, l’aine, ou encore les fesses. Non seulement désagréable, cet excès de sudation peut provoquer des frottements, des irritations, des odeurs corporelles désagréables et même favoriser l’apparition de mycoses. Conseils…

1 – Adoptez une hygiène intime parfaite. Lorsque les températures extérieures augmentent et que vous sentez que vous transpirez plus que de coutume, n’hésitez pas à multiplier les douches, avec un savon spécifique, au pH doux, ou au millepertuis dont les vertus anti-transpirantes sont reconnues. Séchez-vous encore mieux que d’habitude, ou en tapotant délicatement avec une serviette de toilette sèche et propre.

2 – Essayez les anti-transpirants. Pour réduire la sudation, il existe des anti-transpirants crèmes spécialement formulés pour les zones sensibles et qui régulent la transpiration et protègent des irritations dus au frottement. Pour une bonne efficacité, il est recommandé d’appliquer la crème le soir après la douche.

3 – Adaptez vos dessous. Le coton absorbe bien mieux l’humidité qui résulte de la transpiration que les matières synthétiques. Oubliez donc la lingerie en soie ou viscose et les dentelles pour un temps, pour leur préférer des culottes simples en coton, bio si possible. Evitez aussi les jeans serrés, pantalons moulants, etc. Plus la zone intime est aérée, plus la transpiration s’élimine d’elle-même. De même, évitez de croiser les jambes en permanence, pour les mêmes raisons.

4 – Les poils sont une protection naturelle
La fonction du poil est avant tout de protéger. En effet, la vulve possède une muqueuse très fine, comme les lèvres de la bouche, qui sont sensibles aux frottements du tissu d’une culotte, au froid, et très vulnérable à la présence de bactéries.  » Nous sommes des êtres vivants dans un environnement avec des micro-organismes tout autour de nous » rappelle le Dr Benattar. La toison pubienne a une fonction de barrage naturel. Les poils fournissent un champ difficile à traverser pour les bactéries.

5 – Essayez le talc. Attention, il faut que la zone soit tout à fait sèche avant d’appliquer le talc, autrement l’effet sera inverse de celui recherché, le talc va se transformer en une pâte très vite malodorante. (et …attention on ne l’applique pas partout !! et pas sur des zones irritées et lésées)

6 – Soyez attentives aux odeurs. Que l’odeur de votre vulve soit plus forte en cas de transpiration est tout à fait normal. Toute transpiration est en général accompagnée d’effluves un peu acides. Mais lorsque cette odeur est nauséabonde, évoque celle du poisson pourri notamment, c’est le signe d’une infection. Ne pas confondre par ailleurs pertes laiteuses et malodorantes avec la transpiration. En cas de doute, consultez, votre médecin vous prescrira un éventuel prélèvement.